Une collaboration entre le GDR et la société Capsule pour le premier podcast Axone

Nicolas Chavardès, porteur du projet Axone vous en parle

Construit autour d’un témoignage, Axone revient sur un sujet, mis en lumière par des experts. Dans ce premier épisode, nous découvrons la mémoire traumatique.

https://podcast.ausha.co/axone/axone-1-la-memoire-traumatique

De l’école à sa vie d’adulte, en passant par le collège, Mathieu ne se sent jamais assez bien, jamais assez performant, ni assez digne de la considération des autres. Depuis tout jeune, il se soumet au regard de ses pairs, à leur jugement, persuadé à tort que c’est ce qu’il devait faire.

C’est un peu avant ses 30 ans qu’il a compris que les yeux posés sur lui et qui lui pesaient tant avaient fait intrusion dans sa vie à l’enfance, au cours d’un événement qu’il avait oublié.
Grâce à son travail sur lui-même, à sa pugnacité et son envie de vivre, libre, Mathieu a réussi à dévoiler le grand mystère de son existence. 



Nous sommes également allés à la rencontre de Noémie, artiste libanaise, qui nous parle de sa première BD, « De l’importance du poil de nez » aux éditions Sarbacane, qui a été l’occasion de témoigner de son combat contre un cancer qui s’est déclaré à ses 18 ans. Elle nous explique sa démarche, et du devoir qu’a la victime de témoigner.

Et pour conclure ce premier épisode, nous avons eu la chance de recevoir deux expertes des troubles de stress post-traumatique (TSPT) et de l’amnésie traumatique. 

En s’appuyant sur le témoignage de Mathieu, le Dr Géraldine Tapia, docteur et maître de conférences en psychologie clinique à la faculté de psychologie de l’Université de Bordeaux, est revenue sur les altérations mnésiques consécutives aux TSPT, ainsi que leur impact sur la vie des patients.
Avec le Dr Aline Desmedt, Maître de conférences à l’Université de Bordeaux et neurobiologiste au Neurocentre Magendie (Unité INSERM), nous sommes revenus sur les causes et conséquences de l’amnésie traumatique, d’un point de vue biologique, au travers notamment de l’étude sur un modèle animal. Elle nous a également présenté une théorie suggérant un traitement possible par contextualisation/représentation consciente de l’épisode traumatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.